Je n’ai jamais pensé qu’à imprimer des livres que je souhaitais avoir dans ma bibliothèque. En le faisant pour moi, je le faisais pour d’autres.

Gaston Gallimard, années 1950

1972-2011. De la jeunesse chez Gallimard

De Macao et Cosmage au Petit Prince, en passant par Les Contes du chat perché, la NRF tient une place singulière dans l’édition pour la jeunesse depuis les années 1930. Mais c’est en 1972 qu’un véritable tournant a lieu, avec l’arrivée de Pierre Marchand, éditeur visionnaire, et de son complice Jean-Olivier Héron dans l’effectif de Gallimard.

La geste s’ouvre avec la collection anthologique « Mille Soleils », qui est suivie en 1977 par « Folio Junior », première collection de poche dédiée au jeune public, puis en 1978 par « Enfantimages », où excelleront des illustrateurs comme Etienne Delessert, Jacqueline Duhême ou Georges Lemoine. Le fonds Gallimard est alors largement sollicité (Le Clézio, Prévert, Roy, Tournier, Yourcenar...), avant que la Maison ne s’ouvre aux créateurs anglais (Dahl, Blake, Ross...) et à de nouveaux auteurs français, à l’image de Pef et de son célèbre Motordu.

La passion encyclopédique de Pierre Marchand le conduit à imaginer une large gamme d’ouvrages autour de la marque « Découvertes », déclinée pour tous les âges. Le dialogue entre le texte et l’image est réinventé pour le plus grand plaisir des yeux et la satisfaction de l’esprit de curiosité. Ce département documentaire sera renforcé par une durable coopération avec la maison londonienne Dorling Kindersley, tandis que son savoir-faire bénéficiera au secteur de guides touristiques ouvert en 1992 avec la célèbre « Encyclopédie du voyage ».

La croissance de Gallimard Jeunesse est spectaculaire, le département représentant un tiers du chiffre d’affaires de la société en 1991, année de sa filialisation. Le développement de séries pour la petite enfance, la fragmentation de la production par classe d’âges et l’adjonction de cellules éditoriales innovantes, comme Giboulées en 1993 avec Antoon Krings et ses « Drôles de Petites Bêtes », marqueront ces quinze dernières années, qui sont aussi celles du succès international d’Harry Potter.

 

aller plus loin

à lire

< retour