Notre vie d’éditeur est faite d’un quotidien où le passé, le présent et l’avenir sont sans cesse entremêlés… C’est ainsi que l’histoire d’un modeste « comptoir d’édition » fondé en 1911 a fini par se confondre avec celle de la littérature française du XXe siècle.

Antoine Gallimard

Thèmes

Au comité de lecture

Le comité de lecture des Éditions Gallimard est institué en 1925. Avec l’essor de la Maison, les propositions de textes affluent, de tout genre ; aujourd’hui, quelque 6 000 manuscrits sont reçus chaque année par l’éditeur.

Le Vieux-Colombier (1913-1924)

Prolongement de la NRF, le théâtre du Vieux-Colombier renouvelle la scène francophone entre 1913 et 1924, avec Jacques Copeau en directeur et Charles Dullin et Louis Jouvet comme acteurs et régisseur.

La « Bibliothèque de la Pléiade »

« La Bibliothèque de la Pléiade » est créée en 1931 par un jeune éditeur indépendant, Jacques Schiffrin, originaire d’Azerbaïdjan. C’est une collection à part entière de sa maison d’édition — les Éditions de la Pléiade/J. Schiffrin & Cie, créées en 1923. Sa conception est singulière et novatrice : il s’agit de proposer, au format poche, les œuvres complètes des auteurs classiques, en préservant un grand « confort » de lecture.

La « Série noire »

Traducteur de « romans d’aventures » américains, Marcel Duhamel, ami de Jacques Prévert, rencontre Michel Gallimard en 1944. De leur bonne entente naît, en septembre 1945, la « Série noire », dont les trois premiers titres sont traduits par Duhamel : La Môme vert-de-gris et Cet homme est dangereux d’Horace McCoy et le sulfureux Pas d’orchidées pour Miss Blandish de James Hadley Chase.