Décidément, j'aime les catalogues, c'est presque aussi beau qu'un indicateur de chemin de fer, on y voyage. On y prend une vue assez juste de l'humanité, de celle qui pense.

Gaston Gallimard à sa femme, 17 janvier 1916.

Portraits

Gaston Gallimard

André Gide fait la connaissance de Gaston Gallimard en 1906. Le fils de Paul Gallimard, propriétaire du Théâtre des Variétés et collectionneur de toiles impressionnistes, est un fervent lecteur de ses œuvres ; il a, comme lui, des attaches normandes, les Gallimard étant propriétaires du manoir de Bénerville, sur les hauteurs de Deauville.

Claude Gallimard

« Plus tard, c’est avec toi que je ferai ce travail-là… », écrit Gaston à son fils unique le 25 juillet 1924. Élève de Condorcet puis de l’École des Sciences politiques, Claude, docteur en droit, entre à la NRF en 1937.

Jacques Rivière

Jacques Rivière (1886-1925) assure le secrétariat de La NRF de 1911 à 1914, avant d’en être le directeur de 1919 à sa mort. Romancier et essayiste, il prend part à une nouvelle orientation de la critique et laisse une correspondance essentielle à la compréhension de la littérature de son temps, dialoguant avec Alain-Fournier, Gide, Claudel, Proust et Artaud.

Jean Paulhan

Jean Paulhan devient rédacteur en chef de La Nouvelle Revue française en 1925 après en avoir assuré le secrétariat auprès de Jacques Rivière. Cet homme de revue, qui œuvra à la NRF pendant près d’un quart de siècle, exerça une influence considérable sur le monde des lettres et des arts.

André Malraux

« Parmi les existences curieuses, il en est une que j’écrirai peut-être assez bien, et c’est la mienne, mais étant donné le titre de votre collection (« La vie des hommes illustres »), ce serait peut-être prématuré ! », écrit André Malraux – aventureux courtier en œuvres d’art, éditeur de livres de luxe et directeur de journal en Indochine avant d’être un écrivain salué par ses pairs – à Gaston Gallimard, quelques mois avant que celui-ci ne le recrute comme directeur artistique en octobre 1928.

Raymond Queneau

Soutenu par Paulhan et Parain, qui apprécient sa fantaisie autant que son esprit méthodique et sa culture, Queneau, auteur (1933) puis lecteur (1938) chez Gallimard, entre le 15 janvier 1941 dans le cercle restreint des « secrétaires » de Gaston, avec le titre de chef du comité de lecture.

Albert Camus

Élève de Jean Grenier puis journaliste à Alger républicain, Albert Camus est introduit à la NRF par Malraux, après qu’il lui a fait parvenir en mai 1941 le manuscrit de L’Étranger : « Attention : ce sera un écrivain important. »

Marcel Duhamel

Traducteur de romans d’aventures et de scénarios américains avant la guerre, Marcel Duhamel, ami de Prévert, Queneau et Achard, rencontre Michel Gallimard en 1944. De leur bonne entente naît en septembre 1945 la « Série noire ».