Notre vie d’éditeur est faite d’un quotidien où le passé, le présent et l’avenir sont sans cesse entremêlés… C’est ainsi que l’histoire d’un modeste « comptoir d’édition » fondé en 1911 a fini par se confondre avec celle de la littérature française du XXe siècle.

Antoine Gallimard

GIF - 9.4 ko

Collection Les Cahiers de la NRF
Gallimard
Parution : octobre 2009
592 pages | 140 x 205 mm
21 €
ISBN : 9782070127030
Code distributeur : A12703

Collectif

La Place de La NRF dans la vie littéraire du XXe siècle. 1908-1943

Actes du Colloque de la Fondation des Treilles (16-21 mars 2009)

Textes réunis par Robert Kopp, professeur à l’université de Bâle, historien de la littérature et des idées aux XIXe et XXe siècles. Contributions de Bernard Baillaud, Dominique Bermann Martin, Alban Cerisier, Pascal Fouché, Luc Fraisse, Laurent Gayard, Roger Grenier, Catherine Helbert, Julien Hervier, Patrick Kechichian, Robert Kopp, Michel Leymarie, Pierre Masson, Peter Schnyder, Claude Sicard.

Quand parut en 1909 le « second » premier numéro de La NRF, « revue mensuelle de littérature et de critique », dirigée par Jacques Copeau, André Ruyters et Jean Schlumberger, cet élégant fascicule de 110 pages n’était qu’un périodique de plus parmi des douzaines de publications du même genre et dont certaines jouissaient d’une notoriété et d’une audience certaines.
Comment, en quelques années, la dernière-née des innombrables revues de la Belle Époque a-t-elle réussi à s’imposer comme le lieu de rencontres et d’échanges des lettres modernes ? Comment ce « groupement d’esprits libres » (selon la définition de Gide, qui inspirait la revue sans jamais la diriger) a-t-il réussi à fédérer des auteurs aussi différents que Claudel et Proust, Jouhandeau et Supervielle, Giraudoux et Valéry. Leur point de convergence : une exigence littéraire absolue refusant de se mettre au service d’une quelconque idéologie. Très vite, la revue a donné naissance à un comptoir d’édition, puis à la Maison Gallimard. Ce sont sans doute les synergies entre les deux entreprises qui ont fait l’essentiel de leur réussite.
Ces entretiens reviennent sur cette histoire unique dans les lettres européennes d’une aventure intellectuelle, en évoquant les figures des fondateurs, en précisant le rôle des principaux protagonistes, en définissant l’attitude de la revue face aux avant-gardes de l’époque, sa position face aux totalitarismes de gauche et de droite qui ont marqué l’histoire du XXe siècle.

 

< retour