Je n’ai jamais pensé qu’à imprimer des livres que je souhaitais avoir dans ma bibliothèque. En le faisant pour moi, je le faisais pour d’autres.

Gaston Gallimard, années 1950

JPEG - 19.3 ko

Livres d'Art
Gallimard
Parution : septembre 2007
200 pages | 200 x 240 mm
25 €
ISBN : 9782070119035
Code distributeur : A11903

Berthoud Christophe, Mekouar Mouna

Roger Parry

Photographies, dessins, mises en pages

Préface-portrait par Olivier Todd.

« Voué aux prestiges de la chambre noire », le parcours de Roger Parry (1905-1977), en apparence farfelu, témoigne dès 1928 de ses prédispositions à explorer les relations entre mise en image et mise en pages. Offrant durant l’entre-deux-guerres diverses interprétations graphiques d’œuvres littéraires pour les Éditions de la Nouvelle Revue française (placards publicitaires, affichettes de librairie, portraits d’écrivains, couvertures illustrées de collections populaires), il se consacre après-guerre, presque exclusivement, à l’édition des écrits et collections sur l’art d’André Malraux.
Car cette vie professionnelle, ponctuée de projets multiples autour des livres, de leur édition comme de leur promotion, a été en partie déterminée par les liens que Roger Parry a progressivement tissés avec l’auteur de La Condition humaine, qui fut par ailleurs directeur artistique de la Librairie Gallimard. D’une édition de luxe de Banalité de Léon-Paul Fargue (1930), que Roger Parry illustre de compositions photographiques avant-gardistes qui vaudront au jeune artiste la reconnaissance de ses pairs, à la collection « L’Univers des formes », dont le premier volume paraît en 1960, Roger Parry et André Malraux croiseront continûment leurs regards sur la conception même des ouvrages et le rapport entre le texte et l’image qu’ils établissent.
La richesse et la nouveauté sur l’usage simultané de différentes techniques où il excelle – photographie, dessin et mise en pages –, lui permettent de nourrir ces projets d’éditions en décloisonnant les pratiques. Son travail puise ses origines dans l’œuvre de son ami et maître, Maurice Tabard. Riche du vocabulaire acquis auprès de lui à la fin des années 1920, notamment dans le cadre du studio Deberny-Peignot, Roger Parry cherchera à concilier tout au long de sa carrière « l’art de voir » et celui de « faire voir ».
Avec de nombreux documents inédits montrant l’artiste au travail et une large sélection de ses créations, cet ouvrage révèle une œuvre à l’amplitude jusqu’à ce jour insoupçonnée.

 

< retour