[La littérature] ne se recommence pas, elle n’est jamais là où on pensait la trouver. Somme toute elle ne ressemble pas à la cuisine (où l’on se fie aux gens de métier). Mais plutôt à l’amour (où les professionnels ont toujours quelque chose de louche).

Jean Paulhan, présentation des Cahiers de la Pléiade, 1951.

GIF - 53.3 ko

Folio
Parution : septembre 2002
992 pages | 108 x 178 mm
11,50 €
ISBN : 2070424553
Code distributeur : A42455

Olivier Todd

André Malraux

Une vie

Lorsqu’à la fin des années 1920, André Malraux fit irruption sur la scène littéraire, il imposa d’emblée un ton, un style, un personnage. En lui, l’action et la littérature, la politique et la morale semblaient se réconcilier. Doué du génie de la séduction et de l’autopromotion, l’auteur des Conquérants puis de La Condition humaine voulait marquer ce monde de « cicatrices ».
Restent aujourd’hui ses livres, que l’on peut apprécier en oubliant l’homme, mais on se prive alors de leur personnage principal. « Ma vie ne m’intéresse pas », disait-il. De fait, seule sa vie l’intéressait. Il la conçut comme une œuvre, et peut-être a-t-elle été son meilleur roman. Et c’est ainsi qu’Olivier Todd la retrace et l’analyse, sans complaisance et sans agressivité. S’attaquer à la biographie d’un écrivain ne signifie pas en effet attaquer sa vie et son œuvre. Mais aucune des questions que soulèvent celles de Malraux n’est éludée. Son enfance, qu’il disait détester, fut-elle malheureuse ? A-t-il été révolutionnaire ? En quoi ? Résistant et gaulliste aussi tôt qu’on le dit ? Avec passion ou par calcul ? Ministre efficace ou rêveur ?
S’appuyant sur des témoignages et des documents souvent inédits, le dépouillement d’archives publiques et privées inexploitées, Olivier Todd démêle réalités vécues et imaginées, dévoilant un homme qui n’a passionnément agi que pour écrire, un écrivain qui doutait de lui-même, un personnage sans méchanceté ni mesquinerie, dont les métamorphoses et la mythomanie ont nourri une légende.

 

< retour